38/365 chroniques : D’hier à deux mains

Soelle et Guillemette – Lyon 2017 –

« Je vais vous parler d’un temps… » ou simplement d’une rencontre qui date, d’une amitié qui dure (tu te souviens de l’année ?). Nous avons été collègue à l’époque de la Comap, puis le temps a scellé notre amitié. Qui perdure. Deux ans que nous ne nous étions pas vues… la faute à ce co*=/ On a maintenu le lien comme on a pu, quelques appels entre deux créations, deux projets, deux courses, deux allers-retours ; des SMS, des J’aime sur les réseaux sociaux. Et aujourd’hui, à l’occasion d’une pause au soleil on a repris notre conversation où on l’avait laissée. Ces moments sont précieux, je les chéris et les apprécie de plus en plus. Le temps s’arrête et on se raconte.

Mais je m’égare… si j’ai choisi de vous parler d’elle c’est parce que c’est une artisane maroquinière qui aime les matières autant que les couleurs. Mon sac orange, c’est elle – d’ailleurs elle est repartie avec pour lui refaire une beauté ! Mon sac prune, c’est elle aussi. Mon ctoutmoi, un grand cabas fourre-tout, c’est elle aussi, mes porte cartes (un orange, un camel) et ma pochette passeport rouge, c’est elle… les barrettes que j’offre aux filles de mes amies, c’est elle, le porte-clé vert forêt qui ne quitte pas le sac à dos de mon grand pirate, c’est elle.

C’est beau ce qu’elle fait, durable aussi. Elle a choisi de s’appeller Soelle, elle vous dira pourquoi, il faut la rencontrer, c’est une artisane hors pair. Quand je l’ai connue elle était assistante commerciale à l’ADV, au rez-de-chaussé dans un open space alors que j’étais dans les étages dans un bureau en solo. On se retrouvait à la machine à café, puis à des soirées filles, puis on a filé en week-end et maintenant on continue entre mariages et enfants, projets et questions existentielles.

Devenir entrepreneure et le rester est une quête, elle la mène à deux mains en créant avec. Cette photo date d’un marché de Noël à La Cordée. J’étais fière que ma copine soit de cette aventure. J’avais fait ce que je sais très bien faire, une mise en relation. Je vous parle de 2017, un temps lointain déjà ! Mes souvenirs comme cette photo sont flous mais l’impression reste intacte, une grande connivence nous reliant.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *