43/365 chroniques : C’est fini

Comme Emilie l’avait écrit sur son badge il y a deux ans déjà… « mon cœur est tout chamboulé ». Comme elle, j’ai rendu mon badge, le privilège d’avoir travaillé quelques années pour La Cordée et d’accéder aux espaces pour quelques mois encore, c’est fini. J’aime beaucoup le mot qu’emploie une amie commune, Isabelle de l‘Epopée des Créateurs, pour définir cette fin, l’expirience. Comme on expire, on clôt un projet, un livre, une tache.

La porte se ferme, je l’ai poussée en 2016, refermée en 2019. Ca a été trois folles années. Ouvrir un espace de coworking en zone rurale, au cœur du #Beaujolais vert, créer et animer une communauté d’entrepreneur.e.s mais pas que. Je ne me suis jamais dit que je n’y arriverais pas. Et j’y suis sacrée bien arrivée. C’est important que je le dise, que je l’écrive, que je le crie ?! Parce que réussir autant qu’échouer, ça s’expérimente, ça se vit avec les tripes.

Quand je suis arrivée ici à Lamure sur Azergues, avec l’étiquette de parisienne et sans liens familiaux avec le territoire, le mot coworking ne signifiait rien pour personne, enfin juste pour une poignée de néo-ruraux un peu au fait. Après l’école, mes pirates adoraient m’y rejoindre, « c’est là où maman travaille, elle y boit des cafés et elle papote ». C’est vrai que mon job consistait à faire du lien, relier le lieu à ceux de la vallée qui se lançaient dans une aventure où ils cherchaient à être entourés.

Mon job idéal, celui où j’excelle, c’est celui de mettre en relation. Quand je me connecte avec quelqu’un, je sais exactement à qui je vais le recommander, de qui je vais lui parler. J’en ai créé de belles paires et des groupes de pairs aussi. Si je pouvais faire ça, et écrire, toute la journée, c’est exactement ce que je ferai. Mais ça ne ressemble à rien de ce que je connaisse. Pas réussi à passer le cap de construire ce job, mais avec le temps, qui sait, je le passerai enfin à écrire et à vous connecter les uns aux autres.

D’ailleurs qui se rappelle ici d’une connexion étonnante, éblouissante, constructive et inattendue ?

J’ai envie de vous dire à bientôt pour se relier.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *