64/365 chroniques : Marika

Nous ne sommes pas demain, mais après-demain. J’ai fait une petite pause d’écriture, pour faire de la lecture. J’ai terminé un livre qui relate l’expérience d’un couple parisien qui accueille pendant un an un jeune réfugié afghan. Saisissant d’humanité, et d’incompréhension. Je vous le recommande : « Le Prince à la petite tasse » de Emilie de Turkheim.

Puis je suis allée marcher au-delà des roches, chercher un peu d’inspiration. Arrivée à un certain point du chemin, la vue se dégage, plus de haies, le paysage se dévoile et je vois tout le centre bourg de Saint Just d’Avray. Et je repense à ce jour où j’étais avec mon amie Marie-Caroline. A ce même endroit, nous nous étions arrêtées, pour observer cette même vue, et embrasser l’horizon.

Alors je me rappelle notre première rencontre, par l’entremise de Marie Denis. Cette rencontre a la saveur sucrée de délicieux abricots tout juste cueillis et arrivés du Sud. La douceur de leur peau, c’est le velours qui a entouré nos courts instants de partage, sur les chemins de mon chouette village, ou dans la chaleur de nos intérieurs à partager une tisane ou un chocolat chaud.

Maintenant on s’écrit, de chouettes missives transportées par voie postale ou voie numérique. On s’aime à distance, merci les réseaux sociaux.

Je l’ai toujours appelée Marika, elle sera toujours d’ici pour moi, même si elle partait retrouver le soleil du Sud où son art répand ses couleurs, comme le soleil le fait… en nous caressant, en nous imprégnant, en nous bousculant.

Artiste citoyenne européenne, elle participe en ce moment à une expo collective avec Monat Gallery et pour découvrir son travail, c’est par là Peinture de Marie-Caroline Fraboni.

Belle découverte qui chasse le gris qui m’entoure en ce samedi de fin d’hiver.

PS : j’ai choisi de reprendre une part d’une œuvre qu’elle m’a prêté pour mon article Couleur Café à retrouver sur mon blog

Détail d’œuvre représentant le mouvement de vie, de la nature et pouvant être pensé aussi comme celui des relations humaines. Série « Aqua Vegetabilis », numéro 1.
Aquarelle sur papier épais, 300gr/m2, dimension 50cm par 65cm.
Tous droits réservés © Marie-Caroline Fraboni

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *