Plume

22/365 chroniques : En thérapie

Quand j’ai eu l’idée d’écrire ces chroniques sur les 10 d’entrepreneuriat de la Chouette Guillemette, je me suis dit que je ne raconterais que cette période, que je me consacrerais à ce qui s’est passé, ce que j’ai appris. Un point c’est tout.

Je réalise, en écrivant au quotidien sur cette thématique, que tout s’imbrique, hier, aujourd’hui et demain. Je suis tout ce temps et même encore au-delà. Ce que je suis devenue en 10 ans ne s’arrête pas parce que j’ai décidé de clore un cycle, que c’est un anniversaire en étain.

J’ai aussi compris qu’écrire sur ces longues années, qui sont aussi celles d’une de mes maternités, de mes premières années en tant que mère, de jeune mariée aussi, donc écrire me fait entrer en thérapie. Je le sens chaque jour où je griffonne l’idée d’un post sur mon carnet Clairefontaine ligné (un carnet bien nommé Douceur de l’écriture) ou quand je tape les 2 200 caractères que je choisis de porter à votre connaissance.

Regarder dans mes archives photo, les reclasser, repenser à ces heures de travail, ces choix, ces rencontres, ça me fait tourner la page. Je sais que je vais vivre un tournant le 8 mars prochain, vous comprendrez mieux plus tard, j’écris aussi pour cette aventure-là, symbole d’hier à demain.

En théorie j’avais projeté d’écrire les matins, de vous livrer mes mots pour votre pause café/thé ou votre lecture matinale dans les transports.Et aussi parce que je suis du matin. En théorie car en pratique, je peux être des deux, cela dépend des circonstances. Et ces jours-ci, j’écris le soir, car je me rends compte que chaque jour, il y a un bon moment qui s’impose à moi. Ce soir, c’est en rentrant du vernissage de l’expo photo d’Adrien qui m’a fait voyager jusqu’au Maroc, tout en restant dans le Beaujolais, en écoutant Silence de Manchester Orchestra… Virginie, merci d’avoir partagé ce morceau sur ton fil d’actualité, je me régale en l’écoutant. Il m’inspire.

Ces soirs où j’aligne mes mots, je les découvre, je les apprécie et je comprends que le bon moment n’est pas celui que vous décidez, c’est celui qui se dessine pour vous, rien que pour vous. Je le saisis, et je continue mon chemin, ma thérapie ouverte. Merci d’en être mes spectateurs.

Auteur

gfrancoisloyez@lilo.org
Passionnée par les rencontres et les projets qui émergent autour d'un café ou au détour d'un chemin partagé, j'écris autant que je lis, et je vous partage mes petites chroniques de vie, pour le plaisir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.