28 septembre 2021

Envie d’un petit billet…

Par Guillemette

Ce matin, grosse galère de transport pour une de mes collègues. Ça m’a donné envie d’écrire un billet, sur une histoire de billet qu’elle a pris et qu’elle ne pourra finalement pas utiliser.

Je ne vais pas raconter son histoire à elle, ça lui appartient. Par contre, j’ai envie de vous écrire un billet sur… le billet.

Nom masculin. Je ne retiens que deux définitions quand le dictionnaire m’en donne cinq. Je prends ce qui m’arrange pour aujourd’hui.

J’aime quand il signifie que c’est une lettre courte rédigée rapidement. Cette définition me plaît bien… C’est ce que j’aime faire : écrire comme ça me vient, comme une envie pressante. J’écris dans mon carnet les 20 min que dure le trajet entre Lozanne et Lyon, sur une inspiration que j’ai en regardant les gens attendre sur le quai. Chez moi, j’écris sur mon ordi quand j’ai envie d’aller très vite. Je suis rapide, je peux même téléphoner en même temps. J’ai souvent entendu mes collègues me dire « mais comment tu fais ?! » J’ai appris il y a presque 20 ans. La perspective de taper un mémoire de 10 000 mots en anglais sur un clavier Qwerty a suffit à me motiver. Je passais chaque jour 1h dans la grande bibliothèque de l’université sur un didacticiel qui me guidait dans mon apprentissage.

J’aime tout autant le fait que ce soit un petit papier imprimé donnant accès quelque part… ah comme je les aime ces tickets de cinéma qu’on retrouve dans la poche arrière d’un jean, ou encore les immenses billets de train qui deviennent des marque-pages… Comme je regrette l’arrivée des applis qu’il faut télécharger sur lesquelles nous voilà enclin à enregistrer le sésame, ce billet qui n’a plus rien de ce que j’ai connu. Ils se transforment en photo, et là plus rien dans la définition du dictionnaire qui me raccroche à ce que j’aime. Du papier, de l’encre, des mots.

Pour la petite histoire, le train de ma collègue est arrivé bondé, elle a fait demi-tour et poursuit sa journée autrement. Les galères du quotidien pourraient me faire écrire des milliers de billets. Mais je choisis de raconter des instants de poésie, pour que ce soit un billet agréable à épingler dans sa journée.