Au bois de nos coeurs au Quartier Metisseur

Les Copains d’abord

Samedi soir sur la Terre, rendez-vous Quartier Métisseur.
La tiède bise s’engouffrait dans l’allée entre la brasserie et le bâtiment principal, c’est là que j’étais assise, sur une chaise de fortune ajoutée alors que le spectacle allait bon train et que les spectateurs continuaient d’affluer. Qui pour inaugurer la nouvelle terrasse du café associatif L’Engrenage, ou pour écouter Brassens, magnifiquement interprété par Au Bois d’nos Cœurs.
La chaleur qui émanait de tous ces invités, la douceur de ce soir d’été, la plénitude des visages malgré les conditions d’entrée… on s’est retrouvé, on s’est relié aux sons des paroles, de la contrebasse et des guitares, on a chanté tous ensemble, en chœur, en riant,en murmurant, en pleurant presque pour certains.
Comme c’était bon, d’être assise là, cheveux au vent, oreilles tendues, bouche qui se meut en retrouvant des paroles oubliées… Les Copains d’abord… je me suis entendue la chanter comme si c’était hier la dernière fois, en me souvenant l’avoir apprise en cours de musique… au collège, au lycée ? Que j’avais trouvé dur son apprentissage ! 25 ans plus tard, tous les mots me sont revenus !
J’étais bien assise, à regarder les spectateurs tout autant que la scène, à la meilleure place,car le spectacle est partout. J’observais à la dérobée un de mes pirates, installé au cœur de cette foule, buvant les paroles, médusé par l’ambiance. Je voyais l’autre aussi, somnolent,casquette baissée sur le visage, bras croisés, indifférent à ce qui se jouait là et qui dira plus tard : « C’était vraiment top comme soirée », alors que le premier se sera précipité pour acheter le CD à la fin du spectacle.
Et le lendemain au petit déj « on met le CD maman ?! ». C’était gagné… le Quartier Métisseur avait fait son œuvre. Fière d’être leur maman, autant que l’une des modestes bâtisseuses de ce tiers-lieu. Une ambassadrice dès qu’elle le peut, rien que pour le plaisir de ces moments-là, uniques, normalement insaisissables mais que cette photo et ces mots me permettront encore de garder un peu devers moi. Merci.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *