De l’ambiguïté de la surface

Je crois que je les aime les mots. Leurs sons, leurs sens, ce qu’on peut en faire. Parfois, je regrette de ne pas être manuelle… je n’aime pas la poterie, sauf pour la contempler et admirer celles et ceux qui malaxent la terre et n’ont pas peur de toucher une surface rude. J’ai toujours admiré celles et ceux qui ont du talent, un talent « visible » : dessiner, chanter, danser… moi mon talent il est caché, il se révèle peu à peu mais je n’ose le nommer, et en même temps je l’expose. Mais pas trop, mais un peu quand même… c’est une drôle d’ambiguïté que je vis là. Et c’est comme ça.

En fouillant dans mes archives, c’est cette image qui s’est imposée à moi, prise lors d’un voyage estival en Ecosse. Mais quel talent pour arriver à faire une fleur (un soleil ?) au milieu d’un mur de pierre. Cette photo illustre à merveille les mots du jour.

JOUR 2 de mon mois d’écriture. Un atelier proposé par Clara Meyer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *