Catégories
Journal Intime

20/20

A lire sans modération, quelques instants choisis. Quand réussir peut être un comble.

20/20 … c’est un comble !

Dehors il pleut des cordes, je me suis installée à la table de la cuisine pour rédiger mon rapport de stage. Elle est dans son jus, des lambeaux de peinture verte incrustés dans le bois. Muette, elle me supporte mais si elle pouvait parler, je sais qu’elle en dirait des choses. Je vous garde ça pour une autre fois.

Moi c’est sûr, je ne suis pas restée muette en lisant la note qui m’est arrivée dans ma classe virtuelle : 20/20. D’abord j’ai crié de joie puis j’ai bondi de ma chaise. Si j’avais été en amphi ou en salle de classe à cet instant, j’aurais esquissé un sourire et intérieurement tout ce serait mis en mouvement. C’est que je ne sais pas depuis quand ça m’était arrivé une telle preuve de réussite ! Est-ce que ça m’est même déjà arrivé ?!

Et puis mon rire est devenu nerveux. Très nerveux. J’ai eu 20/20 dans une matière où je me sens légitime « communication numérique », alors oui ça peut paraître facile. Sauf que le sujet était d’établir la facture d’une pige. Et donc de se faire payer pour le travail qu’on réalise.

Et j’ai trouvé que c’était un comble.

Parce qu’en 2012 je me suis lancée à mon compte comme entrepreneure solo et que depuis presque 10 ans, me faire rémunérer justement pour le travail fait ça n’a pas été facile-facile. Je ne peux pas dire que je me serais attribuée un 20/20 en comptabilité, plutôt un 5/20 malgré toutes les aides que j’ai pu avoir. Voir même j’ai beaucoup investi. A posteriori, je me dis que je me suis payée de loooooongues études. Et à un moment donné, il paraît que faut bien que ça rapporte, d’avoir fait des études… je me rappelle que j’en ai subi des nuits sans sommeil et des heures de travail… Financièrement ces 10 années ne m’auront pas beaucoup rapportées parce que j’ai subi l’éternel débat du prix de mes prestations intellectuelles que je ne savais ni estimer ni défendre. Véritablement, j’ai gagné de très belles rencontres, j’ai exploré des lieux grandioses, j’ai partagé des fous rires et j’ai une valise de souvenirs incroyables.

Aujourd’hui, cette note est le symbole que je suis comme au premier jour du reste de ma vie. La Vie, elle sait, elle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *