L’odeur de la pluie

Aussi insaisissable que l’odeur de ces roses cueillies tôt ce matin dans mon jardin nivernais et qui sont arrivées jusqu’à moi comme un cadeau. « Elles sont à toi, tiens ».

Cette odeur de pluie, j’aime comme elle vient rafraîchir le sol, les herbes folles, les fleurs presque fanées déjà, les feuilles des arbres affalées après une grosse journée de chaleur. Finalement elle ne devrait pas s’écrire au singulier car elle fait remonter mille odeurs. Ce qui vient chatouiller mes narines, éveiller mes sens, raviver ma mémoire, cela vaut toutes les séances de méditation qu’on écoute sur des applis qui recréent tous ces bruits.

D’ailleurs avec cette odeur de pluie, il pourrait y avoir aussi tous les sons de ladite pluie. Ceux qu’elle fait fait quand elle tombe, drue, balayée par le vent, fine, lourde… mais moi ce qu’il me reste, c’est bien l’odeur de la pluie. Et j’entends les crapauds de la mare qui se situe au fond du vallon, ils retrouvent de la vigueur, ragaillardis par cette ondée orageuse, toute légère, venue apporter un peu de douceur alors que les cumulus se sont aplanis, déchargés de leur menace.

L’odeur de la pluie, elle ne se raconte pas, ou si mal… c’est mille souvenirs, mille lieux, mille et une rencontres… elle se ressent. Comme la Vie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *