19 mars 2020

Au creux de mon rêve, des livres et du café

Par Guillemette

Assise sous mon noyer, je ne fais rien.
Au fait ma mère m’a toujours dit qu’il-ne-faut-pas faire la sieste sous un noyer… mais pourquoi ?!
Moi, si je sais pas pourquoi, soit je continue, soit je ne fais pas ce qu’on me dit.
Donc sous mon noyer, je ne fais rien.
Assise, je regarde le rapace virevolter, les pissenlits pousser.
Et puis Flamme est arrivée (Flamme, c’est notre chat squatteur).
Sans se presser.

Elle a amené jusqu’à moi le tableau de visualisation que j’ai fait cet automne/hiver.
Ouais, elle a des supers pouvoirs.
Elle n’a pas besoin de parler. Elle t’empêche de faire ce que tu fais. Elle pousse ta main, se blottit contre toi… et voilà qu’elle te met sous les yeux le bien nommé tableau :

Regarde tu es prête tout y est :

  • moi (même si je ne suis pas grise mais noire!)
  • toi (tiens tu as fait pousser tes cheveux, ça te va bien)
  • ta tasse de café (tu n’es pas prête d’arrêter si tu te lances dans cette aventure, crois-moi)
  • un coin salon (pour les lectures de tes auteurs/conteurs invités)
  • un coin café (quand je te disais que tu n’es pas prête)… t’as vu il est juste à l’entrée, je t’y vois déjà avec ton sourire si accueillant
  • des étagères remplies de livres à emprunter/à acheter : oui tu as envie qu’il y en ait pour tous. Le partage, le don tu as ça dans le sang
  • des tables et des chaises parce que le coworking en vrai t’as jamais sû arrêter, c’est ton essentiel

Bon il te faut quoi d’autres pour y aller enfin.

Le lieu ?

La-gare-de-Lamure bien sûr !

Ben oui, plus que quatre trains par jour mais les passagers se plaignent qu’il n’y ait plus d’accueil, de quoi se mettre au chaud… et boire un café (je te l’avais dit, le café c’est ta vie). Un bâtiment, vide, sans vie, tu n’aimes pas ça toi.

En plus, franchement la mairie elle te l’a dit… « ah ben si c’est vous qui portez le projet, c’est différent, OK. »

Bon qu’est ce que tu attends.

Au programme que de belles rencontres, non ?!

PS : en plus moi j’en ai marre de dormir dehors même si vous m’avez fait une belle cabane. Là-bas, ce sera chez moi d’accord ?! Même si c’est chez toi.

Enfin…

Chez Guillemette
La Librairie Café du Village
pour de Belles Rencontres

La nôtre en est une déjà non ?!

On y va ? Oui je viens avec toi parce que tu n’aimes pas entreprendre seule.

Texte rédigé dans le cadre de l’atelier d’écriture confinée de Clara Meyer. « Merci Clara, j’étais tellement triste de ne pas pouvoir vous rejoindre à Coworkgreen depuis mon départ de l’Essonne… » ce confinement aura eu le mérite de me permettre cette balade en écriture !